événements


 Merci à tous ! Et surtout, un grand merci à Marthe, Marie-Clotilde, Jean, Andrée et Georges !

Le secret avait été bien tenu !

l’Équipe d’Animation Paroissiale (EAP) avait prévu dans le plus grand secret de faire une petite célébration de reconnaissance pour des paroissiennes et paroissiens qui ont beaucoup donné de leur temps et de leurs énergies pour le bien de notre paroisse St Joseph d’Azergues durant toutes ces années dernières. Ce service a été accompli avec fidélité, compétence et intégrité, que ce soit aux affaires économiques (CPAE), au Notariat paroissial, à l’animation liturgique et à la Catéchèse… vastes domaines !

Ce vendredi 18 mars à 19h00 a donc eu lieu ce moment de convivialité en l’honneur de

Mme Marthe PEZET

Mme Marie-Clotilde LAFON

Mr Jean NONFOUX (excusé pour cause de santé)

M Mme Georges et Andrée DESHAYES (excusés pour cause de santé)

 

Ce fut l’occasion de concrétiser la reconnaissance de tous par la remise d’une icône et d’une carte agrémentée d’un texte des Saintes Écritures et signée du P. Bernard K. et des membres de l’EAP. Puis, sans s’embarrasser de grands discours, tous ont apprécié l’apéritif dinatoire préparé avec soin par les membres de l’EAP. Et la convivialité était de mise… pour le bonheur de tout le monde venu des 8 clochers de notre paroisse St Joseph d’Azergues. Vraiment un bon et joyeux moment de fraternité.

 Merci à tous ! Et surtout, un grand merci à Marthe, Marie-Clotilde, Jean, Andrée et Georges !




Mgr Yves Baumgarten, évêque nommé du Puy-en-Velay :

« Quand on se rapproche de Marie, on n’est pas très loin du bon Dieu »

 

Le père Yves Baumgarten, ancien vicaire général du diocèse de Lyon, est nommé aujourd’hui évêque du Puy-en-Velay. Âgé de 57 ans, ce prêtre lyonnais ordonné en 2004 a d’abord travaillé une dizaine d’année comme fonctionnaire au sein de l’Administration. Son ordination épiscopale aura lieu le 27 mars prochain, à la cathédrale du Puy-en-Velay.

 

Que diriez-vous de vos origines ?

J’ai grandi au sein d’une famille chrétienne, pratiquante, dans le centre de Lyon. Nous étions sept enfants, cinq filles et deux garçons. Je suis le quatrième de la fratrie. Du côté de ma mère, nous avons des racines dans le Brionnais, en Saône-et-Loire, et du côté de mon père, en Alsace. Au moment du collège, comme beaucoup, j’ai lâché l’aumônerie. J’allais à la messe uniquement parce que mes parents me le demandaient.

C’est vers mes 18 ans que je suis entré dans une démarche plus intellectuelle de ma foi. Je me souviens avoir lu Contre les hérésies et la gnose au nom trompeur, d’Irénée de Lyon. Bien que la lecture de cet ouvrage ait été aride, j’étais intéressé par les gnoses. Et les derniers chapitres en particulier, qui sont une présentation du mystère chrétien pour réfuter ces gnoses, m’ont bouleversé et converti.

 

Tout fraîchement « converti », vous entrez à la fac plutôt qu’au séminaire ?

A l’époque, j’ai questionné un prêtre une première fois sur ma vocation. Voyant mon hésitation, il m’a conseillé de faire des études d’abord. Ce conseil m’a déçu sur le moment, mais au fond, je remercie aujourd’hui ce prêtre. J’ai donc intégré la faculté pour faire des sciences économiques. J’ai, un peu par hasard, passé un concours de l’Administration et suis devenu inspecteur du Trésor public. Si mes études ne m’ont pas passionné, j’ai pu m’appuyer sur ma foi dans cette période, comme sur un rocher stable qui donnait du sens à ma vie. J’ai été envoyé trois ans dans l’Aisne puis quatre ans près d’Autun, en Saône-et-Loire. De nature plutôt réservée, les débuts de ma vie professionnelle m’ont ouvert aux réalités du monde, avec la rencontre de personnes en difficultés ou encore de maires que j’accompagnais dans leur comptabilité et la gestion de leur commune. Au final, une bonne formation humaine.

 

A quel moment votre vie bascule-telle ?

Après dix ans d’activités professionnelles, j’obtiens la possibilité de me mettre en disponibilité. Ce projet de prêtrise, que j’ai pris le temps de mûrir en parallèle de mon travail reprend la première place. Des prêtres rencontrés dans le diocèse d’Autun, une demande formulée à Mgr Balland, puis une année de discernement ont confirmé cet appel.

 

Quels souvenirs gardez-vous de votre formation ?

Je dois dire que je ne garde pas un souvenir merveilleux de mes années de séminaire. Peut-être est-ce parce que j’avais déjà 33 ans ! Retrouver un statut d’étudiant en quelque sorte m’a un peu refroidi. J’ai cependant pu, au cours de ces trois ans à Paray-le-Monial et quatre ans au séminaire de Lyon, éprouver et vérifier mon désir de devenir prêtre.

 

Comment avez-vous vécu vos premières années de ministère ?

J’ai donc été ordonné diacre en 2003 et prêtre en 2004, à la cathédrale Saint-Jean-Baptiste. Depuis 2000, j’étais déjà inséré en paroisse dans le Roannais. J’ai naturellement été nommé vicaire une première année à Roanne auprès du père Yves Longin, qui m’a laissé de bons souvenirs et que j’ai admiré pour la justesse de son positionnement au niveau pastoral. Je n’étais plus tout jeune, j’ai rapidement exprimé mon désir d’être curé. Ce fut le cas à Balbigny, dans la Loire, l’année suivante. J’y suis resté sept ans avec cette joie de vivre réellement la vie d’un curé de campagne, proche des gens dans l’ordinaire de leur vie. J’ai senti l’enjeu d’accueillir en particulier les parents qui présentaient leur enfant pour le baptême, véritable lieu d’évangélisation.

 

Après deux ans comme curé de la paroisse du Sacré-Cœur, à Lyon, et vicaire épiscopal territorial pour Lyon-Est, vous êtes appelé pour devenir vicaire général du diocèse. On est en 2014, juste avant que l’affaire Preynat n’éclate… Comment relisez-vous cette période ?

Je reste évidemment marqué par le fait que l’Eglise ait pu passer si longtemps à côté de la souffrance des personnes victimes. Bien sûr, la gestion des affaires a été douloureuse. Mais je dois dire que je ne me suis

jamais senti seul dans cette période. Le Conseil épiscopal a joué son rôle. Plus tard, j’ai aussi été touché par la prise de conscience des prêtres du diocèse de Lyon et de nombreux laïcs de la nécessité de reprendre pied dans cette crise pour agir ensemble pour le bien des personnes victimes.

 

Qu’est-ce qui vous manquera à Lyon ?

De n’être plus lyonnais ! Je suis attaché à l’histoire et à la beauté de cette ville, qui restera gravée dans mon cœur. J’y ai mes racines.

 

Et que connaissez-vous du diocèse du Puy qui vous attend ?

Si peu de choses… Mais c’est aussi un diocèse doté d’une histoire très riche. La dévotion mariale de ce diocèse me touche particulièrement, comme en attestent ses nombreux sanctuaires. On touche là aussi aux racines du peuple de Dieu, avec son mystère mais aussi sa simplicité. Quand on se rapproche de Marie, on n’est pas très loin du bon Dieu.



Rencontre avec les Sœurs Missionnaires Catéchistes du Sacré-Cœur

Lamure sur Azergues – Vendredi 14 janvier 2022 – 15h00

Répondant généreusement à l’invitation pour cette rencontre, une vingtaine de paroissiens et paroissiennes de St Joseph d’Azergues ont accueilli quatre religieuses de l’Institut des Sœurs Missionnaires Catéchistes du Sacré-Cœur dont leur Supérieure générale, Sr Sylvie FLAMAND.

 

Il s’agissait tout d’abord de faire connaissance et ensuite d’échanger sur le projet d’une célébration programmée pour le dimanche 2 octobre 2022 à Lamure sur Azergues et la Chapelle de Panissières, chapelle dédiée à Notre-Dame de-Toutes-Grâces. Les Sœurs MCSC fêtent en effet cette année le centenaire de leur fondation par les deux sœurs Alice et Marie-Thérèse MUNET en 1922. Pourquoi Lamure sur Azergues et la chapelle de Panissières ? Parce que celle-ci a été édifiée à l’initiative d’Alice et Marie-Thérèse MUNET en 1909.

 

Pour faire plus ample connaissance, Sr Sylvie a évoqué brièvement l’histoire de son Institut depuis sa fondation jusqu’à nos jours. Puis deux courtes vidéos ont permis de se rendre compte du service de la mission en Afrique accompli par les sœurs, notamment au Togo et au Bénin… Quelques personnes ont aussi témoigné de leur expérience avec les Sœurs MCSC qu’elles ont encore connu à l’œuvre à Lamure et ses environs.

 

La célébration du dimanche 2 octobre prochain a déjà commencé à prendre forme grâce aux propositions des uns et des autres : Messe 10h00 – Montée vers la chapelle de Panissière – Repas tiré du sac – Temps d’information et échanges (vidéos) dans un local de la Maison Familiale… On en reparlera et le projet deviendra réalité ! Pour rendre grâce et participer à célébration du centenaire de la fondation des Sœurs Missionnaires Catéchistes du Sacré-Cœur !



Sanctuaires dédiés à Saint Joseph.

Télécharger
Saint Joseph du Bessillon.pdf
Document Adobe Acrobat 1.2 MB
Télécharger
St Joseph de bon espoir.pdf
Document Adobe Acrobat 1.4 MB